Archives de Tag: expressions avec les aliments

Ça commence à me courir sur le haricot…

courir-haricot-image-de-Dide

dessin de Dide

Cela fait un moment que je veux présenter cette expression sur FrancofiLs. Et, en vérifiant son origine, je comprends qu’elle ne me revient peut-être pas par hasard et fait écho à l’actualité la plus brûlante.

Avant d’en déterminer le contexte, expliquons le sens de cette drôle d’expression. Ça commence à me courir sur le haricot = ça commence à m’énerver, à m’agacer profondément, voire à m’exaspérer.

Pourquoi « courir » et pourquoi « haricot » ? Dès le XVIème siècle, le verbe « courir » dans son emploi populaire et transitif (courir quelqu’un) signifiait l’importuner. Au XIXème siècle, le verbe « haricoter » avait à peu près le même sens, dans un cadre davantage commercial, « chipoter pour rien en affaires », et donc exaspérer son interlocuteur. On trouve également le mot argotique de « haricot » pour « orteil » et donc si quelqu’un vous écrase l’orteil, forcément ça vous agace…

Et qu’est-ce qui commence à me courir sur le haricot et me propulse vers l’actualité, me demanderez-vous ? Et bien ce même mot d’ « importuner » auquel l’expression nous renvoie et qui résonne de bien triste manière dernièrement. Il y a quelques jours, une centaine de femmes ont signé dans Le Monde une tribune pour revendiquer, je cite, « le droit des hommes à importuner les femmes ». Je ne reviendrais pas en long en large et en travers sur toute cette affaire ni donnerais en détails mon opinion sur le sujet – ce n’est pas l’objet de ce blog. Il suffit juste de dire que cela fait suite à la campagne #balance-ton-porc# ou #me-too#  qui avait permis il y a quelques mois de libérer la parole des femmes victimes de violences sexuelles ou de harcèlements. Même si on pouvait lamenter quelques écueils de cette campagne ou être circonspect sur la terminologie porcine choisie, il n’en reste pas moins que les femmes victimes n’avaient pas besoin que d’autres  congénères se mettent à défendre un système patriarcal bien huilé où se faire draguer lourdement ne devrait être considéré que comme « le droit des hommes à importuner », sans plus…Certes, certaines ont peut-être tout mélangé et dans la déferlante des réseaux sociaux ont mis dans le même paquet le viol le plus sordide à l’attouchement maladroit et tristement banal qui ne traumatise pas à vie certaines demoiselles. Il n’en demeure pas moins que ces femmes-là ont le droit de vivre l’événement comme également choquant et traumatisant et que ça semble vraiment déplacé de la part de ces 100 femmes de leur retirer déjà la parole et de minimiser encore leurs dires – ou de banaliser ce qui ne l’est pas car pourquoi les femmes ne se frottent-elles pas contre les hommes dans le métro, elles ? N’y a t-il pas là du déterminisme social et le rôle de l’éducation ?

En tout cas, ce qui est sûr, c’est que s’il y a bien quelque chose qui nous court sur le haricot depuis des lustres, c’est ce sexisme ordinaire qui ne fait pas vraiment avancer la société ! Donc les 100 meufs là, tournez sept fois votre langue dans votre bouche avant de parler s’il-vous-plait, les femmes et les hommes – non porcs – s’en porteront bien mieux !

courir-haricot-2

par theintrepidguide

Bonus :

  • meufs = verlan de « femmes »
  • Tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler = réfléchir avant de parler.
Publicités

Poster un commentaire

Classé dans expressions avec les aliments, Expressions imagées

Savez-vous planter les choux ?

Savez vous planter les choux ?

Savez vous planter les choux ?

Ce n´est pas un légume de saison, mais je continue avec mes histoires de choux, histoire de ne pas rester sur notre faim après la choucroute (et d´engager cette rentrée scolaire le ventre bien rempli).

Première surprise pour les étudiants, entendre les francophones s´écrier « Oh ! Comme c´est chou ! »  pour « Oh, comme c´est mignon ! » ou, plus insolite encore, surprendre les parents  dire à leur enfant « Qu´est-ce que tu veux manger ce soir, mon petit chou ? ». Voire l’amoureuse ou l´amoureux à son copain/ sa copine :  mon-chou« Mon chéri, mon chou, mon lapin… » : drôle de sobriquets mais c´est ainsi, on invite ce drôle de légume – pourtant pas si glamour ! – au milieu de tous les noms d´animaux qui se mélangent dans le panier de la tendresse (ma poulette, mon chat, mon loup, mon canard en sucre – le top du kitsch !…). Et, bien-sûr, dans le cadre de l’école et de la classe, il y a « le chouchou du prof » = l´élève préféré/e (même si bien-sûr, tout enseignant s´en défend !).

Agnan dans Le Petit Nicolas, Sempé/Goscinny

Agnan dans Le Petit Nicolas, Sempé/Goscinny

bout-de-chouPour les enfants, que l’on surnomme aussi « les bouts de chou », est-ce parce que l´on dit que les petits garçons naissent dans les choux ? (et les filles dans les roses…mais ne dites pas pour autant « bouts de rose » pour les filles , on ne vous comprendrait pas !). Imaginez la conversation : « Mon chou, j´emmène les bouts de chou à la piscine cet après-midi, peux-tu préparer les choux à la crème ? Et comme plat principal, une choucroute ou du chou-fleur en béchamel ?  »  😉

 

être-dans-les-chouxPar contre si vous entendez dire quelqu´un qu´il est « dans les choux », c´est qu´il est soit très fatigué et pas du tout concentré à sa tâche ou alors qu´il vient d´échouer quelque chose (l´expression viendrait de la proximité phonique entre « chou » et le verbe « échouer » = rater). Et, pour rester dans les échecs et le fait de « rater son coup », nous avons aussi l´expression faire chou blanc. Ne pas obtenir de résultat, louper quelque chose. « La police n´a pas attrapé les bandits et a fait chou blanc ».

faire chou blanc sur wiktionnaire

Cette étrange expression semble nous venir de la façon de parler des Berrichons (gens du Berry, région au centre de la France) qui prononçaient « coup » – « chou ». Donc un coup blanc (soit un coup nul, raté) devenait un « chou blanc ».

 

Étonnant finalement quand on sait que l´on dit « c´est bête comme chou » pour quelque chose qui est considéré comme très facile…bête comme chou

À l´opposé, vous avez « faire ses choux gras de quelque chose » = en faire son régal (voire un festin) ou, plus communément, tirer profit de quelque chose, en retirer un avantage (mais souvent avec un sens péjoratif car au détriment de quelque chose ou quelqu´un d´autre).

Je vais arrêter là pour cette reprise. Je sens que vous êtes rassasiés*  et qu´avec autant d’expressions d´un coup, vous allez frôler l´indigestion et finirez peut-être par être dans les choux…Je penserai à un plat léger pour notre prochain menu, promis 🙂

Bonne rentrée à tous !

Baby choux

Mot bonus :

– être rassasié = quand on n´a plus faim, que l´on a mangé à satiété.

Poster un commentaire

Classé dans Expressions, Expressions imagées

Expressions de saison – L´automne

Le paysage flamboyant qui rayonne à travers ma fenêtre – arbres aux feuillages pourpre, rouge, orange, ocre, crème – et la nuit prématurément tombée aux alentours de 18 heures ne peut me faire ignorer que nous sommes entrés en automne.

Deux expressions me viennent alors en tête pour alimenter francoFils – expressions directement inspirées des deux aliments phares de cette saison : la châtaigne et le champignon. Commençons par le dernier.

– Appuie sur le champignon ! Allez, double, on va être en retard !  Nous voici dans le contexte d´un véhicule moteur – genre voiture – et le champignon est donc ici

affiche

affiche

métaphoriquement « la pédale d´accélérateur ». Pourquoi le champignon ? Les fans d´automobiles se souviendront que les accélérateurs des premières voitures étaient constituées d´une tige métallique surmontée d´une boule qui rappelait un champignon.  L´expression veut donc dire « Accélère ! ». Certes, je ne devrais pas écrire une telle phrase alors que je viens de recevoir une notification de dettes pour quelques amendes impayées, sans-doute liées à mon sempiternel oubli des radars ennemis sur la route qui trouvent ma voiture (pourtant pas si puissante…) très photogénique. A en croire leurs « preuves » j´ai semble t- il parfois trop appuyé sur le champignon, en tout cas dans les endroits critiques…À ce rythme, je redeviendrai bien vite  piétonne et je n´aurai plus d´autre choix que d´aller chercher de vrais champignons dans les sous-bois…Finalement, ce n´est peut-être pas plus mal !

–  se prendre une châtaigne = prendre un coup. Mettons en contexte : imaginons que je sois inconsciente et provocatrice et que les policiers dans ce pays soient violents (rien que des hypothèses !). Imaginons que l´on m´arrête pour un énième excès de vitesse et que le policier me demande « Vous saviez à quelle vitesse vous rouliez? » et que je réponde « Euh…Non, j´allais à mon rythme… » (jusque là la conversation est réelle ;-)). Le policier me rétorque que mon « rythme ne s´accorde pas avec les limitations de vitesse promulguées par la loi et vérifiée par les radars », je deviens de mauvaise foi et crie « C´est la faute aux Andorrans qui me collent au derrière ! En plus, ils ne reçoivent pas les amendes, eux, c´est pas juste ! » et là, coup de théâtre, le policier est andorran et n´aime pas mon accusation et boum ! Il me donne un coup de matraque sur la tête ! = Je viens de me prendre une châtaigne. 

planche du Tour de Gaule d´Astérix, Uderzo-Goscinny

planche du Tour de Gaule d´Astérix, Uderzo-Goscinny

Dans la dernière planche du Tour de Gaule d´Atérix d´Uderzo et Goscinny, lorsque nos deux compères sont arrivés à Toulouse, l´expression est magnifiquement illustrée par cette image. Cela nous rappelle aussi que si l´on dit « châtaigne » pour « bagarre » ou « coup », c´est parce que ça vient du dialecte méridional de « castagne » = coup. D´où les dérivés : Y´a de la castagne pour dire « Il y a de la bagarre par ici ! ».

On peut aussi employer l´expression « se prendre une châtaigne » pour désigner une décharge électrique…

Finalement, ce n´est pas si romantique que ça, l´automne !!!

Si vous avez le choix, je vous recommande d´être simple et pragmatique et plutôt que de vous les « prendre » ou d´appuyer dessus, mangez-les les belles châtaignes et les délicieux champignons de cette magnifique saison ! 😉

Lire la suite

2 Commentaires

Classé dans Expressions imagées