Archives de Tag: expression imagée

Ça va faire du bruit dans Landerneau

Il y a des expressions qui nous viennent directement par héritage paternel ou maternel…C’est le cas de cette expression « Ça va faire du bruit dans Landerneau » que ma mère utilisait et qu’elle transformait complètement car dans mon souvenir elle disait plutôt « Y´a du monde dans Landerneau! ». Je la revois encore, conductrice prudente et mal assurée, à un carrefour et se désespérant de pouvoir se lancer entre deux véhicules « Oh là là, y´a du monde dans Landerneau aujourd´hui ! ». Comprenez : il y a trop de monde, je ne peux pas passer !

Eh bien, ce qui est comique, c´est que l’expression originale n’est pas « Y´a du monde » mais « Ça va faire du bruit dans Landerneau » et signifie : c’est une affaire qui va faire beaucoup de bruit, qui va déclencher des commérages. Rien à voir donc avec la densité de la circulation ou une foule compacte qui ne vous laisserait pas avancer. Et c’est grâce à FrancofiLs que je découvre cette fantaisie de ma mère car je me demandais d’où venait cette expression que j’utilise aussi et je me suis rendu compte qu’elle l’avait transformée à sa sauce, ce qui me la rend d’autant plus attachante.

En tout cas, Landerneau est devenu célèbre grâce à cette expression : petite ville de Bretagne dans le Finistère (répertoriée ici sur wikipédia), elle serait passée relativement inaperçue si la langue française ne l’avait aussi bien intégrée à ses dictons. Pas moins de trois origines semblent expliquer la mention à Landerneau :

  • Une pièce d’Alexandre Duval, écrite au XVIIIème siècle, Les Héritiers, dont un des personnages – un marin – réapparaît dans sa ville natale – Landerneau – alors que tout le monde le croyait mort ; un valet s’écrie alors : « Oh le bon tour ! Je ne dirai rien, mais cela fera du bruit dans Landerneau ! ». Évidemment les héritiers en train de se disputer la succession ne voient pas d’un bon oeil le retour de ce ressuscité et les rumeurs commencent à s’amplifier dans le village…
  • Dans une autre version, on explique que cela viendrait du tir de canon que l’on envoyait au bagne de Brest lorsqu’il y avait une évasion. Le bruit retentissait alors jusqu´à Landerneau et on disait « Ça va faire du bruit à Landerneau »…Soit pour le bruit mais cela n’explique pas la déferlante des potins ceci dit…
  • On trouve aussi la mention du tintamarre (= grand bruit) que les habitants faisaient sous les fenêtres d’une veuve trop vite remariée à Landerneau, et par extension on utiliserait aussi le toponyme « Landerneau » comme nom commun dans les expressions « un Landerneau culturel » ou « Landerneau montagnard » par exemple pour désigner des milieux considérés comme fermés et de haut niveau ayant leurs propres manies, jargons etc.

Bon, à vrai dire, ma mère n’arrivait pas jusque là ou bien elle associait foule et tintamarre…En tout cas, l’expression qui a rendu célèbre la localité vaut à Landerneau la belle occasion d’organiser une « fête du bruit » chaque été. Et même si je sais à présent que l’expression n’est pas tout-à-fait telle qu’elle la disait, je dois avouer que moi je continue à l’employer à sa manière…Et en ce moment en terre catalane, entre les casseroles qui tintent à 22h et les manifestations qui réunissent des foules, on peut facilement jongler de l’une à l´autre Y’a du monde ou Ça va faire du bruit dans Landerneau ! 😉

 

Publicités

1 commentaire

Classé dans Dictons, Expressions, Expressions imagées

L´english au travail…

Photo-Anaïs-K

Photo-Anaïs-K

Cela fait longtemps que je n´ai pas touché au thème des anglicismes – très présents dans la langue parlée dans l´Hexagone*, beaucoup plus que chez nos cousins québécois par exemple qui luttent contre la domination linguistique toute proche de leurs voisins canadiens ou américains. Et il y a un domaine dans lequel l´anglais prolifère, c´est celui du travail – et de l´entreprise plus particulièrement. C´est mon père – sensible lui aussi à la langue et aux expressions – qui me donne l´occasion de cet article en ayant rescapé de « la poubelle jaune » des articles qui l´avaient intéressé et qu´il allait à présent jeter mais pour lesquels il avait cru bon (et à raison !) de les faire passer par la Catalogne avant qu´ils ne soient définitivement recyclés. Merci papa 😉 Parmi ces articles, l´un d´eux « Ces expressions insupportables du jargon du bureau » signé par Adèle Bréau, m´a beaucoup amusée. J´en sélectionne ici les « perles » empruntées à l´anglais et que les workalcoholics (=bourreaux du travail) doivent bien connaître. D´abord le « brainstorming », toujours à la mode, pour faire bouillir nos neurones et trouver des idées géniales et innovantes. Vous remarquerez que les profs de français lui préfèrent le célèbre « remue-méninges » lorsqu´un nouveau thème est abordé.  Mais en entreprise – surtout si c´est une multinationale, on travaille en « workshop » (= « boutique de travail » ?) – terme chic pour parler d´interminables réunions où il faudra fixer la deadline (délai maximum) sur le prochain projet ou ses next steps (prochaines étapes) qu´il faudra peut-être expliquer via conf’call’ (conférence skype par exemple) aux partenaires étrangers. Expliquer ? Pardon, je voulais dire updater, les mettre au jus, enfin au courant*, quoi ! On peut aussi élaborer un petit rétro-planning (rien de très « rétro » dans cette façon de parler de toutes les choses à accomplir avant la deadline déjà mentionnée) et shooter tout ça dans un mail (= envoyer le tout dans un courriel, je sais je devrais arrêter de traduire bêtement ce que vous comprenez parfaitement mais voyez-vous, j´ai quelques amis québécois que je ne voudrais pas offenser ;-)…). C´est violent, le monde de l´entreprise. Imaginez que vos profs commencent à vous shooter de la règle de grammaire comme ça sans prévenir !!! (déjà qu´elles peuvent faire mal même en les abordant de façon douce et progressive…).

Dessin de Côté-sur-tbearbourges.com

Dessin de Côté-sur-tbearbourges.com

Autre phénomène amusant, la traduction littérale de l´anglais, qui donne des expressions sans queue ni tête (= absurdes) en français mais qui font bien « branchouille » (=branchées, à la mode) et dont on oublie même qu´elles n´existent absolument pas dans notre langue, au départ. Par exemple : « ce wording est un peu confusant, tu ne crois pas ?  » (??? confusing = qui complique les choses ou le joli « déroutant » mais « confusant », euh, je ne crois pas non !) ou le plus répandu « ça fait sens » = it makes sense. Oui, en anglais, ça marche mais en français, comment dire, ça fait cool mais sens, je ne sais pas ! Enfin, avec tout ça, nos lecteurs étrangers apprenant le français seront peut-être rassurés : en faisant leur petite tambouille (=plat mijoté, « petite cuisine ») avec trois mots de français, deux d´anglais et un autre venu d´ailleurs (catalan, castillan, chinois…), la conversation peut quand-même s´engager, des phrases entières peuvent même faire sens ! Et ça, franchement, c´est quand-même sacrément win-win !!! 🙂

A part tout ça, joyeuses Pâques à tous !

 

Expressions ou mots bonus : 

* L´Hexagone = la France (selon la forme du pays. Quand j´avais 6 ans j´avais beaucoup de mal à saisir la ressemblance mais bon…)

* mettre au jus, mettre au courant quelqu´un = l´informer, lui donner des nouvelles.

Poster un commentaire

Classé dans Anglicismes, Expressions imagées