Archives de Tag: expressions sur le corps

« Le langage du corps » selon Grand Corps Malade

Aujourd’hui c’est Grand Corps Malade qui signe indirectement ce billet truffé d’expressions et vient à ma rescousse car, comme je l’ai expliqué récemment, le temps m’est compté ces derniers temps et je ne peux pas alimenter FrancofiLs aussi souvent que je l’aimerais. Mais, pas de problème, artistes, écrivains ou chanteurs sont là pour illustrer cette omniprésence des expressions imagées dans notre langage et notre goût pour en jouer. Il y a peu, circulait cette vidéo « inédite » du slameur Grand Corps Malade, aubaine incroyable pour notre blog ! Je vous laisse écouter d’abord…puis vous copie les paroles en faisant apparaître toutes les expressions idiomatiques liées au corps qu’il a insérées dans son texte (il y en a d’autres mais celles-ci je ne les relèverais pas ici). Celles qui ont fait l’objet de posts précédents sur FrancofiLs, je vous les mets également en lien…Pour les autres….allez, c’est un devoir ! Cherchez, faites des hypothèses, discutez-en entre vous et commentez ce billet pour élucider les mystères de toutes ces expressions ! Peut-être que lorsque j’aurais un peu plus de temps, je vous mettrai en bas du texte quelques pistes ou équivalents en langage standard pour les retrouver…Faites bouillir les neurones ! (= Creusez-vous la tête !)

 Le langage du corps – Grand Corps Malade

Paroles de la chanson :

Le corps humain est un royaume où chaque organe veut être le roi
Y’a le coeur, la tête les couilles, ça vous le savez déjà
Mais les autres parties du corps ont aussi leur mot à dire
Chacun veut prendre le pouvoir et le pire est à venir
Il y a bien sûr la bouche qui a souvent une grande gueule 
Elle pense être la plus farouche mais se met souvent le doigt dans l’ œil 
Elle a la langue bien pendue pour jouer les chefs du corps humain
Elle montre les dents c’est connu mais n’a pas le cœur sur la main 
Seulement la main n’a pas forcément le monopole du cœur
Elle aime bien serrer le poing, elle aime jouer les terreurs
Elle peut même faire un doigt elle ne fait rien à moitié
La main ne prend pas de gants et nous prend vite à contre-pied
Le pied n’a pas de poil dans la main mais manque d’ambition
Au pied levé je dirais comme ça que le pied n’a pas le bras long 
Les bras eux font des grands gestes pour se donner le beau rôle
Ils tirent un peu la couverture mais gardent la tête sur les épaules 

Quand la bouche en fait trop la main veut marquer le coup
Pour pas prendre sa gifle la bouche prend ses jambes à son cou 
La bouche n’a rien dans le ventre elle préfère tourner le dos
Et la main sait jouer des coudes la tête lui tire son chapeau
Mais l’oeil n’est pas d’accord elle lui fait les gros yeux 
Ils sont pas plus gros que le ventre mais l’oeil il sait ce qu’il veut
Car l’œil a la dent dure, le corps le sait tout le monde le voit

À part peut-être la main qui pourrait bien s’en mordre les doigts 
Et la jambe dans tout ça et bien elle s’en bat les reins
Elle est droite dans sa botte et continue son chemin
Personne ne lui arrive à la cheville quand il s’agit d’avancer
Même avec son talon d’Achille elle trouve chaussure à son pied 
Les pieds travaillent main dans la main et continuent leur course
Jamais les doigts en éventail ils se tournent rarement les pouces 
Ça leur fait une belle jambe toutes ces querelles sans hauteur
Les pieds se foutent bien de tout ça loin des yeux loin du cœur 

Pour raconter l’corps humain rien n’est jamais évident
Je m’suis creusé la tête et même un peu cassé les dents
Alors ne faites pas la fine bouche j’espère que vous serez d’accord
Que c’texte est tiré par les cheveux mais que petit à petit il prend corps
J’n’ai pas eu froid aux yeux mais je reste un peu inquiet
Je croise les doigts pour qu’au final je retombe sur mes pieds 
Ne soyez pas mauvaise langue même si vous avez deviné
Que pour écrire ce poème je me suis tiré les vers du nez 

On peut être timide ou on peut parler fort
D’toutes façons ce qui décide c’est le langage du corps
On peut avoir l’esprit vide ou un cerveau comme un trésor
D’toutes façons ce qui domine c’est le langage du corps
C’est le langage du corps
C’est le langage du corps

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Expressions imagées

L´anatomie des profs

sur-les-rotules

sur-les-rotules

Cette année a été bien remplie, la dernière saison intensive et pleine et, sans même m´en apercevoir, j´ai terminé sur les rotules…Rotule = os du genou. Être sur les rotules = Être sur les genoux (ou « os des genoux » si on préfère). Une personne repliée sur ses genoux peut être ou bien en train de prier, ou dans un état de fatigue extrême. Pour l´expression qui nous intéresse aujourd´hui, choisissez l´option B. Terminer sur les rotules, bien que cela concerne en premier lieu un état de fatigue physique extrême, peut affecter toute personne réalisant un travail principalement intellectuel ou mental et ne s´applique donc pas seulement aux coureurs de fond ou autre sportif. Côté anatomie, on peut d´ailleurs remarquer que les enseignants souffrent souvent du dos, des genoux, de la tête, voire des cheveux. Leurs maux de têtes sont légendaires, en particulier après une bonne pile de copies corrigées (ne croyez pas pour autant qu´ils en aient par dessus la tête de corriger car souvent les erreurs ou lapsus des étudiants peuvent produire de mémorables fous rires. Eh oui…) Mais quand il s´agit d´erreurs directement liées à un point vu et revu, revu et corrigé (prenons, par hasard, les prépositions de pays ou de villes, on dit « en France et au Canada » et surtout pas « à la France ou à le Canada »), là oui, il arrive qu´ils s´en arrachent les cheveux ! (de là à s´en taper la tête contre les murs il n´y a qu´un pas mais dans ce cas il s´agit d´un enseignant vraiment à bout).

s´arracher les cheveux

s´arracher les cheveux

Pause explicative :

– en avoir par dessus la tête = en avoir marre, assez.

– s´arracher les cheveux = être désespéré/e.

– être à bout = être vraiment désespéré/e. (« à bout de nerfs »).

– se taper la tête contre les murs = être vraiment vraiment complètement désespéré/e. (à en devenir fou/folle).

Quant au dos, j´avais une collègue et amie, il y a quelques années, qui se plaignait très fréquemment d´un mal de dos incurable. Jusqu´au jour où j´ai crevé l´abcès* en lui demandant « T´en aurais pas plein le dos tout simplement ? » (en avoir plein le dos » = être excédé/e, en avoir marre). Et en effet, elle en avait ras-le-bol, non pas de l´enseignement, ni des étudiants qui, à de très rares exceptions près dans le domaine du F.L.E, apportent plutôt plaisir et énergie, mais des conditions et du contexte que nous endurions à cette époque. Elle a résolu son problème de dos depuis (non pas en changeant de métier mais de contexte, ce que j´ai fait moi aussi par la suite 🙂 ).

Bien, mais je vois que je voulais faire un petit post pour justifier le silence de FrancoFils ces dernières semaines et pour dire que « la boutique ferme » également pendant ce mois d´août pour « repos » (et surtout déconnexion au sens propre comme au figuré) et voilà que j´ai décliné tous les petits problèmes anatomiques du corps enseignant !  Peut-être aussi pour stopper net les stéréotypes sur les profs éternellement en vacances…(je suis en congés depuis 4 jours seulement…et c´est le cas de nombreux collègues.)

dessin-sur-http://unjourjeseraimaitresse.eklablog.com/arretons-de-clouer-les-enseignants-au-pilori-article-du-monde-a66304213

dessin-sur-http://unjourjeseraimaitresse.eklablog.com/arretons-de-clouer-les-enseignants-au-pilori-article-du-monde-a66304213

Enfin ceci dit je ferai peut-être une petite entorse* à cette pause estivale pour recopier un passage dans le livre de Jean Echenoz Ravel où j´ai trouve une très éclairante explication de l´origine du mot transat…Intéressant en temps de vacances !

En attendant, bon été et excellente vacances à toutes celles et tous ceux qui ont la chance de pouvoir en profiter ! Carpe Diem 😉

* Expressions bonus :

crever l´abcès = s´attaquer aux racines d´un malaise afin de le guérir.

faire une entorse à quelque chose = ne pas respecter une règle ou une loi, ou ne pas se conformer à ce que l´on a fixé.

7 Commentaires

Classé dans Expressions imagées