Couleur d´automne : marron et châtaigne

À mon père, 

chataigne-lozere-1

Bon, mon arc en ciel est suspendu dans le ciel depuis longtemps…J´en suis désolée.

C´est qu´il avait perdu d´un coup toutes ses couleurs. Pas courant non plus que je dédicace un des articles de ce blog à quelqu´un. Mais aujourd´hui, oui, je le dédie à mon père, qui en était un des premiers et plus fidèles lecteurs. À ma mère aussi, qui devait lire au-dessus de son épaule. Lors d’une des dernières conversations téléphoniques avec mon père, il me parlait de l´article sur « les bleus à l´âme », me disait « Tu vas en mettre bientôt un autre ? ah oui, parce que tu sais, moi, toutes ces expressions , ça m´intéresse beaucoup ! » et je lui répondais « bah c´est chouette, parce que tu vois, c´est fait pour les étudiants à la base et je crois qu´ils s´en fichent un peu, enfin les miens en tout cas… ». Et voilà, la vie me les a enlevés les deux d´un coup sans prévenir, et ma motivation a fléchi sec. J´ai broyé du noir et un peu de toutes les couleurs…J´ai perdu ce lecteur qui fut aussi celui qui m´inspira ce goût pour les mots et les expressions dès petite. Donc plus très envie d´alimenter ce blog-pour-des-étudiant(e)s-qui-ne-le-lisent-pas. Jusqu´au message d´un de mes anciens étudiants à Sabadell, Ivan, actuellement prof d´anglais et de français dans un collège, qui me demande s´il peut utiliser le blog avec ses élèves. Et comment ! Ouf, un rescapé qui me redonne un peu de baume au coeur et assure malgré lui la survie de FrancofiLs…Merci Ivan.

Mais j´arrête là mes bien sombres confidences et reprends ma peinture (jusqu´à Noël, je devrais tenir et je pourrai ensuite me consacrer à d´autres expressions).

Automne = châtaignes au feu de bois…donc intéressons nous à la couleur marron cette fois, de mise pour cette saison. J´en profite pour rappeler la règle de NON accord des adjectifs de couleur dont l´origine est un fruit (des sacs orange, des chaussures marron…).

  • Chauds les marrons ! L´expression renvoie directement au cri du vendeur ou de la vendeuse derrière sa poêle de marrons grillés « Chauds, chauds les marrons ! » mais, par extension, elle fait référence à une affaire délicate, un sujet aussi brûlant que ces marrons tout justes tirés du feu… « La polémique autour de l´interdiction  du voile à l´école, c´est chaud les marrons ! ». A noter que l´on raccourcit souvent l´expression en disant « c´est chaud ! », voire quand une situation se complique ou empire « ça chauffe » (mais là, ça peut vouloir dire…vers la bagarre !).Train Marrons
  • Tirer les marrons du feu : se dit lorsque quelqu´un tire bénéfice d´une situation alors que c´est un autre qui a pris des risques pour lui. tirer-marrons-du-feu
    L´expression entière était « tirer les marrons du feu avec la patte du chat », bien illustrée dans la fable de La Fontaine « Le singe et le chat » où le félin attrape les marrons du feu un à un pendant que le coquin de singe les mange dans son dos au fur et à mesure…
  • se prendre une châtaigne / recevoir un marron : À la fin du Tour de Gaule d´Astérix, arrivés à Toulouse, il y a une scène fameuse où Astérix donne une châtaigne à un Romain. Se prendre une châtaigne ou recevoir un marron, c´est recevoir un coup, en général en pleine figure. On dit aussi d´ailleurs, « se castagner » pour « se battre », « il y a de la castagne par ici », des bagarres. « Se prendre une châtaigne », dans le jargon des électriciens, peut aussi vouloir dire « se prendre une décharge électrique ». La châtaigne étant une spécialité du Sud-ouest (où l´on célèbre aussi dans de nombreux villages « la fête des châtaignes »), il n´est pas étonnant que ce soit à Toulouse qu´Astérix donne le coup final !

    Dans "Le tour de Gaule d´Astérix", Hergé

    Dans « Le tour de Gaule d´Astérix », Hergé

  • un avocat/financier…marron : se dit d´une personne corrompue et malhonnête. De fait, le qualifiant « marron »  s´applique à  toute personne effectuant des activités lucratives illicites, des trafics indignes de sa profession. Du coup…Les hommes politiques…tous marron ?
  • Être_marron_par_Pronto

    Être_marron_par_Pronto

    Être marron veut dire s´être fait duper ou abuser par un malhonnête. « Je ne veux pas me retrouver le marron de l´histoire ! » Et à l´inverse, on trouve « faire marron quelqu´un » = le tromper, le duper, le rouler dans la farine (expliquer une expression idiomatique par une autre expression idiomatique, voici mon nouveau crédo !)

  • Dans le langage journalistique, un « marronnier » est un sujet un peu trivial qui revient régulièrement, à des dates précises et souvent en période creuse (par exemple la rentrée en septembre, les fêtes de Noël en décembre, les allergies au pollen en mai etc…). En ce moment un marronier pourrait être par exemple les illuminations et décorations de Noël dans le paysage urbain…
  • Quant à la châtaigne, on peut trouver l´expression « être pété comme une châtaigne » pour dire « être ivre mort » mais elle n´est pas si courante. On lui préfère « être pété comme un coing » (autre fruit d´automne) ou  « être pété » tout court, qui suffit largement à décrire un état éthylique ayant dépassé toutes les limites. chataigne (1)

Voilà à peu près le tour d´horizon sur cette digne couleur d´automne. Je vous quitte en compagnie de la Fable de La Fontaine, « Le singe et le chat »…

« Le Singe et le Chat » – fable XVII – Livre IX – 1671- La Fontaine

dessin-par-Calvet-Regniat

dessin-par-Calvet-Regniat

Bertrand avec Raton, l’un singe et l’autre chat,
Commensaux d’un logis, avaient un commun maître.
D’animaux malfaisants c’était un très bon plat :
Ils n’y craignaient tous deux aucun, quel qu’il pût être.
Trouvait-on quelque chose au logis de gâté,
L’on ne s’en prenait point aux gens du voisinage :
Bertrand dérobait tout : Raton, de son côté,
Etait moins attentif aux souris qu’au fromage.
Un jour, au coin du feu, nos deux maîtres fripons
Regardaient rôtir des marrons.
Les escroquer était une très bonne affaire ;
Nos galands  y voyaient double profit à faire :
Leur bien premièrement, et puis le mal d’autrui.
Bertrand dit à Raton : « Frère, il faut aujourd’hui
Que tu fasses un coup de maître,
Tire-moi ces marrons. Si Dieu m’avait fait naître
Propre à tirer marrons du feu,
Certes marrons verraient beau jeu. »

Aussitôt fait que dit: Raton, avec sa patte,
D’une manière délicate,
Ecarte un peu la cendre, et retire les doigts ;
Puis les reporte à plusieurs fois ;
Tire un marron, puis deux, et puis trois en escroque :
Et cependant Bertrand les croque.
Une servante vient : adieu mes gens. Raton
N’était pas content, ce dit-on.
Aussi ne le sont pas la plupart de ces princes
Qui, flattés d’un pareil emploi,
Vont s’échauder en des provinces
Pour le profit de quelque roi
Advertisements

Poster un commentaire

Classé dans expressions avec les couleurs, Expressions imagées, mots familiers

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s